Skip to main content

Entretien pour le jour international de la femme rurale Une conversation avec Djeneba Sawadogo, cultivatrice de cacao en Côte d'Ivoire

Blog | Mon, 16 Oct, 2023 · 12 min read
aa

Mme Djeneba Sawadogo, âgée de 57 ans, a été cultivatrice de cacao en Côte d'Ivoire pendant la plus grande partie de sa vie.  Elle est originaire d'Affiénou, un village situé dans le sud-est du pays, dans la Région du Sud-Comoé. Elle est mariée selon la coutume du village et est mère de six enfants : 3 filles et 3 garçons. De plus, elle est déjà grand-mère de 4 petits-enfants ! Comme la plupart de ses enfants sont encore à l'école, Djeneba partage les travaux agricoles avec son fils aîné.

Djeneba est l'une des bénéficiaires d'un projet de la FAO appelé PROMIRE, lancé dans 3 régions du pays en 2022 et financé par le Fonds vert pour le climat. Le projet PROMIRE soutient l'agroforesterie pour promouvoir une culture plus durable qui augmenterait les revenus des petits exploitants tout en réduisant les pressions sur les forêts de Côte d'Ivoire qui s'amenuisent. Djeneba a reçu une formation et des intrants du projet PROMIRE pour revitaliser sa plantation de cacao et diversifier ses revenus en introduisant d'autres espèces d'arbres. Ces espèces devraient fournir un revenu supplémentaire stable à long terme à Djeneba et à sa famille, augmentant ainsi la résilience de son ménage.

Le projet PROMIRE vise à répondre aux besoins des femmes afin de s'assurer qu'elles bénéficient équitablement des interventions agroforestières et de l'assistance technique.  Comprendre le contexte de genre et les perspectives des femmes est un ingrédient essentiel pour y parvenir, en particulier dans un pays comme la Côte d'Ivoire où les femmes sont souvent exclues de la gouvernance des ressources et de la propriété foncière. 

Récemment, nous avons interviewé Djeneba pour en savoir plus sur son expérience en matière d'agroforesterie, sur les défis auxquels elle est confrontée et sur ses espoirs pour l'avenir. 

Parlez-moi de vos activités en matière d'agroforesterie

C'est le projet PROMIRE qui m'a fait découvrir l'agroforesterie. J'ai une parcelle de 2,8 ha pour la culture conventionnelle du cacao que j'ai récemment convertie en agroforesterie avec du fraké (Terminalia superba), du framiré (Terminalia ivorensis), des orangers et des avocatiers.  Je n'ai pas de connaissances approfondies sur les arbres et la plantation d'arbres ; je comprends juste que les arbres plantés avec le soutien du projet PROMIRE sont bons pour l'environnement et aussi rentables.  En général, j'utilise les arbres pour le bois de chauffage s'ils ne produisent pas de fruits. L'écorce, les feuilles ou les racines de certains arbres comme le fraké peuvent être utilisées pour traiter certaines maladies comme le paludisme. 

Au total, j'ai planté 30 arbres au cours de l'année écoulée dans ma plantation de cacao vieille de 21 ans. Certains n'ont pas survécu, mais dans l'ensemble, tout va bien et les arbres poussent. 

Quels sont les principaux défis ?  Le changement climatique vous affecte-t-il ? 

Aujourd'hui, j'ai de nombreux problèmes liés à la productivité [du cacao] qui nous incitent souvent à retirer le cacao et à cultiver d'autres choses, comme le palmier à huile.  Mais pour l'instant, je fais de mon mieux pour protéger ces arbres et en tirer le maximum de profit. Quant à la plantation de cacao, j'ai besoin de plus de soutien pour m'assurer qu'elle continue à produire.

Le plus difficile est de trouver des plants de qualité et d'acquérir des connaissances techniques sur l'agroforesterie, en particulier sur la réhabilitation des cacaoyères en état de dégradation avancée. J'essaie vraiment de me convaincre de garder la plantation de cacao parce que les défis sont importants... trop de maladies, des arbres qui meurent, etc.

En raison du changement climatique, les pluies sont souvent violentes et abondantes, ce qui entraîne des inondations dans la plantation mais aussi sur les routes, les rendant impraticables. Certaines parcelles de cacao situées près des cours d'eau ont été dévastées par les inondations. 

Les femmes ont-elles un rôle ou une responsabilité particulière dans l'agroforesterie ? 
Les femmes aident généralement à transporter le matériel de pépinière le long de petites pistes impraticables en tricycle. Elles ramassent également les tuteurs et plantent les arbres. Elles participent également à la récolte du cacao et des fruits comestibles des arbres de la parcelle.

Quels sont les défis qui touchent particulièrement les femmes ?  
Dans notre culture, les femmes ont certes le droit de s'exprimer et de posséder des terres, mais elles en sont rarement les héritières. J'ai la chance de posséder une terre que mon grand-père m'a laissée avant de mourir. 

La majorité des chefferies [la structure de gouvernance locale] sont dirigées par des hommes, mais les femmes participent de plus en plus aux réunions des chefferies et leurs avis sont parfois écoutés. Certaines associations de femmes existent pour mieux faire passer les idées des femmes et promouvoir la création d'activités génératrices de revenus. 

Les femmes ne sont pas les seules à lutter pour l'argent, car la population dans son ensemble est pauvre. Cependant, les femmes sont plus touchées car elles restent plus souvent au village et exercent de petits métiers (commerce, restauration, etc.) alors que les hommes partent à l'aventure dans les villes pour gagner plus d'argent.  

Les maigres revenus que nous gagnons ne nous permettent pas d'acheter des semences de qualité, alors nous nous débrouillons avec ce que nous avons.
A mon avis, il y a beaucoup d'inconvénients liés au fait d'être une femme [en ce qui concerne l'agroforesterie]. Ils sont similaires à ceux de l'agriculture en général... par exemple, le faible accès à la terre, le manque de force physique pour certaines tâches lourdes comme le défrichage.  

Les femmes et les hommes se partagent-ils les tâches ménagères ? 
Je m'occupe de la plupart des tâches ménagères, ce qui signifie que je ne peux pas me rendre très souvent sur la parcelle de cacao. Je me fais aider par mon fils ou par un ouvrier rémunéré s'il y en a de disponibles et si le prix est abordable. Aujourd'hui, les choses changent peu à peu, les jeunes hommes aidant davantage leurs femmes dans les tâches ménagères.

Avez-vous un titre de propriété ? Quel est le degré de sécurité de votre terre ? 
Je n'ai pas de certificat foncier. Je n'ai pas encore d'informations sur le processus et ma capacité financière est limitée. Je suis intéressé, mais pour l'instant je compte sur les autorités de mon village pour garantir la sécurité de mes terres.

Quels conseils aimeriez-vous donner à d'autres femmes rurales sur l'agroforesterie ou d'autres sujets ?   
J'aimerais leur dire de faire de l'agroforesterie parce que cela fera revenir les arbres et leur permettra de gagner plus d'argent à l'avenir. J'ai l'intention d'inciter mes enfants et mes petits-enfants à s'y intéresser également.  
 

Entretien réalisé par : Couhoulé Serge Allou, Expert Agronome du projet PROMIRE, basé dans le Région du Sud-Comoé