• Johan Kieft

Comment un système national de suivi es forêts solide peut-il favoriser la transparence?

Updated: Oct 19



L’Accord de Paris a pris effet il y a trois ans, et, avec lui, un engagement mondial à limiter l’élévation de la température moyenne mondiale. Pour atteindre ce but, les pays ont proposé leurs contributions déterminées au niveau national (CDN), qui constituent le fondement des actions à mettre en œuvre dans le cadre de l’Accord de Paris.


Les forêts peuvent potentiellement contribuer à hauteur d’environ un quart des réductions d’émissions prévues totales. Reconnaissant ceci, de nombreux pays en voie de développement se sont engagés sur la voie de la réduction d’émissions provenant de la déforestation et la dégradation des forêts (REDD+). Afin de les appuyer dans la planification, la mise en œuvre et le suivi de ces réductions, un appui technique leur est offert à travers diverses initiatives, parmi lesquelles le Programme ONU-REDD, pour dépasser les lacunes et améliorer la qualité et la transparence des données et informations relatives aux forêts.


Le suivi des forêts est essentiel pour assurer que chaque pays atteigne ses objectifs de réduction d’émissions. En outre, il permet aux pays d’adapter leurs politiques forestières grâce à des informations actualisées, fiables, transparentes et accessibles. Au cours des 10 dernières années, le renforcement des capacités appuyé par le Programme ONU-REDD a donné lieu à une transparence inédite des données forestières, avec un nombre croissant de pays capables de se conformer aux exigences d’information internationales. De plus, le renforcement des capacités continu du Système national de suivi des forêts (SNSF), l’expérience des niveaux de référence pour les forêts (NRF), les rapports de résultats REDD+ et les évaluations et analyses techniques associées ont tous fourni des leçons utiles pour l’élaboration du Cadre de transparence renforcé de l’Accord de Paris. Intéressons-nous de plus près à ce lien.


Suivi national des forêts (SNF)


Le SNF est un processus intégral qui inclut la collecte, l’analyse et la diffusion systématiques de données relatives aux forêts, généralement issues d’inventaires répétés (utilisant des données de télédétection comme de terrain), qui permet de suivre les changements et les tendances dans le temps (FAO, 2017). Ainsi, afin que les pays se concentrent sur des données qui appuieront la prise de décisions relatives aux forêts aux niveaux international, national et infranational, un SSNF transparent, fiable et à long terme est nécessaire.

Appui au SNSF dans le cadre du programme ONU-REDD


Le Programme ONU-REDD a appuyé l’élaboration du SNSF de 40 pays depuis sa création. Ceci inclut un appui technique pour les Systèmes de suivi des terres par satellite (SSTS), utilisés pour la génération d’information relative aux changements d’occupation et d’utilisation des terres. En outre, 25 pays ont reçu un appui pour développer des portails Web nationaux pour leurs SNSF, avec 15 pays ayant lancé des plateformes opérationnelles de diffusion des informations des SNSF. Depuis le commencement du Programme ONU-REDD, 18 pays ont reçu un appui et progressé dans la mise en œuvre de leurs Inventaires nationaux des forêts.


Au cours des 10 dernières années, le Programme ONU-REDD a aidé 29 pays à atteindre les exigences internationales d’information et à générer des données pour améliorer la qualité de leurs rapports et renforcer leur transparence. Le Programme a appuyé des solutions modulaires à code source ouvert pour le traitement des données satellitaires et de terrain grâce à Open Foris avec plus de 20 000 installations nationales.


Cadre de transparence renforcé


Le Cadre de transparence renforcé (CTR) est un élément essentiel de l’Accord de Paris; il étaye les accords de transparence existants dans la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), à savoir le cadre de mesure, notification et vérification (MNV). De nombreux pays sont désormais activement engagés dans l’établissement des activités nécessaires à la mise en œuvre du CTR, orientés par les modalités, procédures et lignes directrices pour la transparence. Comment peuvent donc les résultats et les connaissances fournis par les SSNF appuyer les pays dans leurs efforts pour contribuer au CTR?


Dans le CTR, la collecte de données solides est le fondement de l’information relative aux émissions et au stockage et du suivi du progrès des CDN. Étant donné le potentiel d’atténuation significatif des forêts, il est opportun, et même urgent d’améliorer la transparence des données et informations relatives aux forêts dans le CTR afin de traduire ce potentiel en action.


SNSF durables pour une transparence continue


Idéalement, les SNSF peuvent constituer une entreprise à long terme. Néanmoins, un fondement juridique, un engagement financier et un cadre institutionnel permanent sont vitaux pour assurer leur mise en œuvre et opération efficaces. Parmi les éléments les plus importants appuyant les SNSF, on compte:


· l’intégration des SNSF dans les cadres nationaux existants, y compris les politiques et législations et les structures et systèmes de financement gouvernementaux;

· la provision de financement durable (international et national) pour le SNSF;

· l’assignation formelle à travers des instruments juridiques de mandats clairs (rôles et responsabilités) à une organisation ou un réseau d’organisations, notamment des agences gouvernementales, des organisations de recherche ou des institutions universitaires, pour la collecte, la gestion et l’analyse de données et la livraison de produits/services spécifiques;

· la coordination de mécanismes pour la gestion et le partage globaux de données.

Un SNSF fonctionnant pleinement permettra aux pays non seulement d’informer avec efficacité leurs CDN dans le cadre de l’Accord de Paris, mais aussi de répondre à leurs propres besoins de données nationales relatives aux arbres et aux forêts répondant à des objectifs multiples. Le projet mondial récemment approuvé de la FAO et du FEM, «Renforcer les capacités mondiales pour accroître la transparence dans le secteur forestier (CBIT-Forest)», va autonomiser les pays en développement pour atteindre ces objectifs, et à la fois construire la confiance et la transparence si cruciales pour lutter contre le changement climatique et donner corps au plan d’action mondial vers un monde durable.


Article corrélatif:

Vers le cadre de transparence prévu par l'accord de Paris

Liens utiles:

FAO’s work on climate change 2018 (also in Spanish, French)

FAO’s infographic booklet on MRV work (also in Spanish, French)

Mapping Katowice decisions related to NDCs (also in Spanish)

FAO’s technical paper on REDD+ 2017, with update 2018, update 2019

FAO’s Voluntary Guidelines on National Forest Monitoring 2017 (also in Spanish, French)

FAO’s National Forest Monitoring Systems for REDD+ (also in Spanish)

Auteurs:

Rocío D. Cóndor-Golec

MRV/ETF expert

REDD+/NFM cluster

Forestry Department, FAO

rocio.condor@fao.org

Rebecca Tavani

NFI expert

REDD+/NFM cluster

Forestry Department, FAO

rebecca.tavani@fao.org

15 views

This resource is made possible through support from Denmark, Japan, Luxembourg, Norway, Spain, Switzerland and the European Union.

 

© 2019 UN-REDD Programme.  All images used courtesy of license holder or through Creative Commons license.

  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
  • YouTube - Grey Circle
  • LinkedIn - Grey Circle
  • Flickr - Grey Circle